Mission Sphyrna Odyssey Quiet Sea : Une occasion historique d’écouter le milieu marin sans pollution acoustique - 30/04/2020

Suite aux mesures de confinement destinées à lutter contre l'épidémie du coronavirus, le monde est resté comme figé. Cette situation exceptionnelle a entrainé un ralentissement sans précédent des activités maritimes en Méditerranée qui en temps normal supporte l’un des trafics les plus denses au monde : la pêche, le transport de passagers, la croisière, la plaisance sont fortement réduits voire interdits, les ports ont réduit leurs activités ou sont fermés, et les routes commerciales connaissent une très forte baisse du trafic.

Afin de saisir cette occasion historique de pouvoir caractériser le milieu marin dans un état de faible pollution acoustique, Sphyrna Odyssey a lancé la mission scientifique  Quiet Sea avec le soutien exceptionnel de la Fondation Prince Albert II de Monaco.

Placée sous la direction scientifique du Pr Hervé Glotin (CNRS LIS DYNI, université de Toulon), cette mission exceptionnelle avait pour objectif de mesurer la densité et le comportement de plusieurs espèces de cétacés (Cachalot Pm, Tursiops t., Ziphius c., dauphin Bleu-blanc, dauphin Risso), pendant et après la période de confinement, dans le sanctuaire PELAGOS, à partir des deux navires laboratoires autonomes Sphyrna.

Après avoir obtenu une dérogation exceptionnelle de la part de la Préfecture maritime de la Méditerranée et pris toutes les précautions sanitaires nécessaires à la sécurité de son équipage, la mission Sphyrna Odyssey Quiet-Sea a appareillé le jeudi 23 Avril 2020 depuis le port de Toulon en direction du Parc national de Port-Cros.

La mission étant appelée à se dérouler pendant et après la période confinement, elle évaluera également l’impact de la reprise du trafic maritime sur ces populations de cétacés ayant vécu environ 10 semaines de pollution acoustique faible.  Elle consistera ainsi à graver ce bouleversement et à démontrer l’impact de la pollution anthropique sur ces populations.

Des navires autonomes pour écouter les cétacés
La particularité des missions Sphyrna-Odyssey, opérées en mer méditerranée depuis 2018, est l’utilisation de 2 navires autonomes de surface appelé SphyrnaALV (pour Autonomous Laboratory Vessel) et d’un navire-base accueillant les équipes scientifiques. Dotés d’une autonomie océanique, les deux navires autonomes - le SphyrnaALV 55 d’une longueur de 17 mètres et le SphyrnaALV 70 d’une longueur de 22 mètres - sont actuellement les plus grands navires civils de ce type au monde.

Conçus et développés par la start-up Sea Proven, dirigée par Fabien de Varenne et Antoine Thébaud, à Laval en Mayenne, ils sont propulsés par un moteur électrique alimenté par les énergies solaire, éolienne et hydrolienne. Dotés d’une grande stabilité et d’une grande capacité d’emport de matériels (plus d’une tonne), ils sont chacun équipés d’hydrophones très sensibles placés sous leur coque pour l’écoute des cétacés, en dérive ou à très faible vitesse. Etant très silencieux, ils ont la particularité de ne pas perturber les mesures acoustiques réalisées pendant la mission.

Ils sont également équipés de nombreux autres capteurs destinés à la collecte d’un champ très complet de données permettant de mieux comprendre l’impact des activités humaines sur les océans et sur la planète (acidifications des océans, mesures de polluants diverses, paramètres bio-chimiques, températures, …).

Des animaux respectés
Les hydrophones placés sous les SphyrnaALV permettent d’écouter tout ce qui évolue sous l’eau jusqu’à 2 000 mètres de profondeur et dans un rayon de 6 kilomètres. Ils permettent, ainsi, aux scientifiques d’étudier avec une très grande précision les animaux marins sans avoir ni à les approcher, ni à les déranger, révolutionnant tout simplement ce type de missions scientifiques.

Mission Sphyrna Odyssey Quiet Sea Navire laboratoire autonome Sphyrna. Photo Pauline Cottaz
Mission Sphyrna Odyssey Quiet Sea Navire laboratoire autonome Sphyrna. Photo Pauline Cottaz