Entretien avec Dr. M. Sanjayan - 30/12/2020

Dr. M. Sanjayan, PDG de Conservation International

S'il y a une chose que 2020 nous a appris, c'est que notre santé - la santé de l'humanité - est étroitement liée à la santé de la nature. 

Regardez, pratiquement toutes les pandémies, toutes les épidémies que nous connaissons et qui ont affecté l'homme, proviennent de la nature.  

Vous pouvez penser à la nature comme à un corps humain. À mesure que les choses se dégradent, que l'air se pollue, que l'eau se pollue, que les bassins versants sont détruits, que les forêts sont abattues, que les océans sont pillés, que les sols sont décapés, la planète devient plus malade. En fin de compte, cela affecte toutes les espèces vivantes de la planète, y compris, bien sûr, les humains. 

Lorsque vous pensez à la déforestation tropicale en particulier, elle augmente considérablement la probabilité que les gens entrent en contact avec des populations animales stressées, et ces populations animales stressées sont le principal vecteur par lequel les zoonoses épidémiques - des maladies qui existent dans la faune, souvent à des niveaux très bas - peuvent se propager aux humains. Si l'on ajoute à cela les voyages aériens massifs, notre capacité à aller partout et à créer de très grands marchés mondiaux, on voit comment les pandémies peuvent se propager rapidement et menacer tout ce qui nous est cher. 

Maintenant, que pouvons-nous faire ? Certains de nos scientifiques chez Conservation International ont récemment publié une très bonne étude qui a montré que si l'on investit essentiellement dans trois domaines : mettre fin à la déforestation - en particulier la déforestation tropicale, en se concentrant sur le commerce international des espèces sauvages - mettre fin au commerce mondial illégal des espèces sauvages mais aussi gérer les aspects légaux du commerce des espèces sauvages, et ensuite identifier et isoler rapidement les maladies lorsqu'elles passent des populations sauvages aux populations humaines - si nous faisions simplement ces trois choses, nous pourrions réduire le risque de la prochaine pandémie de plus de quarante pour cent. 

En d'autres termes, si nous consacrions de l'argent à ces trois mesures et que nous le faisions pendant dix ans, le coût serait encore dix à vingt fois inférieur à celui de la COVID-19 jusqu'à présent. 

Donc, si vous réfléchissez à la meilleure façon de dépenser les ressources mondiales, c'est une évidence absolue. Garder notre planète en bonne santé, protéger la nature, mettre fin à la déforestation et se concentrer sur le commerce mondial des espèces sauvages, c'est vraiment nous garder, nous tous, en bonne santé.